PRÉSENTATION DE L'ASSOCIATION:

Son histoire

La MJC de Chaumont est née officiellement, par le dépôt de ses statuts en Préfecture, le 17 Novembre 1955. De fait elle constitue une des premières MJC de France, car leur développement date principalement de la fin des années 50 et de la décennie des années 60. Avant la naissance de la MJC à Chaumont on peut supposer que de nombreuses réunions avaient eu lieu préalablement avec les différents partenaires (FFMJC, Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, Ville, Associations, Personnalités, etc.) qui soutenaient le projet de la création d’une Maison des Jeunes et de la Culture.

Le « mouvement » des MJC est né à la fin de la guerre 1939-1945, suite au constat fait, entre autres, de l’endoctrinement d’une partie de la jeunesse dans l’idéologie et les forces pétainistes, fascistes et nazies pendant la 2ème guerre mondiale, et de la nécessité d’en empêcher le recommencement ; ce qui fut traduit par le célèbre et toujours actuel « plus jamais ça ».

 

La création de la Fédération Française des MJC (FFMJC) date de 1948 faisant suite à une première structure appelée République des Jeunes (1944-1947). La FFMJC dépendant du ministère de la jeunesse et de la vie associative, le fait que M. Jean MASSON, maire de Chaumont dans les années cinquante, en était le ministre a sans nul doute contribué à la création de la MJC dans la ville où il était le maire.

Dans les documents de l’époque 2 raisons essentielles sont mises en avant pour cette création :

Donner aux associations locales (Ciné Club, JMF, Photo Club, Tennis Club, Ski Club, Les Bardes, Judo Club, etc.) un lieu de rassemblement et de pratique de leurs activités.

Permettre aux jeunes de Chaumont d’avoir un foyer agréable et favoriser leur entrée dans la société, ce que l’on peut traduire aujourd’hui par faire de la formation à la citoyenneté.

« La Municipalité de Chaumont a mis à la disposition de la jeunesse un immeuble » (extrait d’un des premiers comptes-rendus de CA – 16/01/1956), situé au 7 de la rue Damrémont, d’abord ouvert aux activités et clubs dès l’automne 1955 et, après des travaux d’aménagement, aux adhérents à partir du printemps 1956, par l’ouverture du foyer avec jeux de type, baby foot, ping-pong, cartes, échecs, etc.

2) Fonctionnement et localisation

La MJC, comme toutes les associations, fonctionne dans le cadre d’instances dites statutaires. Cela va de l’Assemblée Générale Ordinaire ou Extraordinaire au Bureau du CA, en passant par le travail de commissions officielles (paritaire de gestion du personnel, financière de suivi des comptes et préparation des budgets, animations et activités) mais aussi moins formelles et ouvertes (culturelle pour le cinéma et les spectacles, etc.).

Pour animer son projet politique et pédagogique, elle utilise la forme démocratique dite de la cogestion, qui permet de réunir l’ensemble des partenaires liés au développement de son projet. Cela se traduit par la constitution d’instances dans lesquelles chaque partie est représentée. Ainsi le CA est constitué de membres de droit, de membres associés et de membres élus (représentants des adhérents), les membres élus devant toujours avoir la majorité absolue sur les membres de droit + les membres associés au CA...

 

 

 

 

 

 

 

EDUCATION POPULAIRE:

 

Développer ou soutenir le projet d’une Maison des Jeunes et de la Culture, c’est s’impliquer dans une politique d’Education Populaire.

Mais qu’est-ce que l’Education Populaire ?

Ce n’est ni une expression vide de sens ni une notion dépassée, même si elle puise ses sources dans la pensée des Lumières et la Révolution Française de 1789, dans le bouillonnement philosophique du 19° siècle, puis dans la réaction au chaos de la deuxième guerre mondiale. L’Education Populaire est, et reste avant tout, une conception à la fois réaliste et optimiste de la société, et une manière de la faire évoluer positivement. Elle a pour objectif d’apporter à chaque individu les moyens de s’épanouir culturellement, de s’élever socialement et humainement, de devenir un citoyen autonome, responsable et heureux, grâce à la découverte de ses propres richesses et de celles des autres, grâce à la reconnaissance des différences et à la tolérance, grâce à l’apprentissage du vivre ensemble pour mieux vivre ensemble.

Dans une société de plus en plus individualiste, remplie d’inégalités grandissantes et de trop d’indifférence, l’Education Populaire apparaît plus nécessaire, plus utile et plus d’actualité que jamais. Elle n’est pas une politique purement utopique, puisque des structures, comme notre MJC, existent, pour la mettre en oeuvre dans une démocratie participative sans cesse renouvelée, à condition de trouver les soutiens correspondants, auprès de partenaires locaux et nationaux.

Il y a plus de 50 ans que la MJC de Chaumont développe son projet d’Education Populaire. Elle est devenue une structure associative incontournable sur la ville : par sa taille, son expérience et ses compétences ; par son dynamisme permanent dans des domaines variés et son implication croissante sur le territoire (des quartiers de sa ville à la Région en passant par les différents systèmes de représentation territoriaux comme le Pays), ainsi qu’au sein du monde associatif et de la Fédération Française des MJC. La sollicitation régulière de la MJC de Chaumont par les autres acteurs de la vie culturelle et sociale est aussi une preuve de sa nécessité et de son efficacité.

La MJC de Chaumont évolue avec la ville, les habitants et ses adhérents. C’est pourquoi elle a élaboré un projet appelé NOUVELLE MJC dans le but de trouver les moyens de pérenniser sa structure et de poursuivre sa politique, tout en proposant une évolution, tant matérielle que structurelle, adaptée à son environnement.

Ce projet mobilise de nombreuses personnes militantes (bénévoles et professionnelles) qui souhaitent le voir se concrétiser, avec les forces vives de la MJC, mais aussi et surtout avec le soutien et la reconnaissance des partenaires politiques et financiers territoriaux ou de l’Etat conscients qu’ils contribueront ainsi à la construction d’une société plus juste et au bien-être de leurs concitoyens.

 

 

Rose-Marie Agliata

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

INSTANCES DE L'ASSOCIATION :

 

Bureau :  Présidente Rose-Marie AGLIATA, Trésorier, Julien CAUTAIN, Céline SUREL, Trésorière Adjointe,

Conseil d'Administration :    

Membres Elus : 

Rose Marie AGLIATA

Julien CAUTAIN, 

Céline SUREL, 

Serge PICARD,

Inès BOUMEDIENE,

Léo POIRSON,  

 

Patrick LEFEVRE,

Jérome MARCEL,

Adrien VALLEE,

Bérangère ABBA,

Christine RICHARD,

Sébastien COLIN,

Solène LEFEVRE.

 

 

 

 

Membres Associés :

Fabrice MONTIGNON,  Représentant du personnel,

Sophie SCORDEL, Représentant du personnel,

Isabelle BRETON, Artisan du  Monde.

Membres de Droits 

Christine GUILLEMY, Maire de Chaumont, Présidente de l'Agglomération et Vice Présidente de la Région,

Gérard BOCQUILLON, Adjoint à la ville de Chaumont Cinquième Adjoint - Culture et Patrimoine. 

 Eric SCHMITT, Directeur fédéral MJC.

Laurent COSTY, Délégué FRMJC.

 

 

 

ASSEMBLEE GENERALE 2015

 

Rapport d'activité 2015 :  https://drive.google.com/file/d/0B6kSBfNM-R8DQk14WXVXLVpIUTQ/view?usp=sharing

RÉSEAUX  DES MJC

 

 

 

 

La Fédération Française des Maisons des Jeunes et de la Culture - c’est :

§  560 MJC adhérentes, 2 000 Conseils d’Administration et 580 Assemblées Générales par an,

§  5 500 administrateurs, 12 500 bénévoles, 2 500 emplois,

§  166 500 adhérents, dont 40 000 adhérents entre 16 et 25 ans et plus de 2 millions d’usagers,

§  500 000 jeunes engagés dans des projets et les actions des MJC.                                                                      

 

§  La FFMJC affirme la nécessité d’inscrire les relations entre les pouvoirs publics, les associations et leurs
fédérations dans un conventionnement pluriannuel, reconnaissant, leur projet, leurs actions et la vie associative.
Nous demandons aux élus de s’appuyer sur les MJC pour conduire ensemble le renforcement de la démocratie représentative et de la démocratie participative en reconnaissant l’utilité sociale des associations dans :
leur légitimité à être un élément de la démocratie locale, favorisant l’expression et la prise d’initiative des citoyens,  leur représentativité pour co-élaborer des politiques publiques locales, départementales ou régionales, leur rôle économique, leur conférant une place singulière entre le service public
et le secteur marchand, leur capacité à créer des emplois, en soutenant les actions de formation menées pour des élus associatifs, des professionnels, et des élus locaux ou territoriaux.

 

La Fédération Française des MJC vous met à disposition :

1-    Des professionnels qualifiés et expérimentés garantissant des pratiques cohérente et en adéquation avec le secteur d’intervention…

2-    Des ressources techniques : juridiques, pédagogiques et d’actions d’expérimentations,

3-    Une représentation associative au sein des  différents ministères,

4-    Une mise en réseau des moyens, des compétences et des dispositifs,

5-    Une implication forte dans le monde associatif,

 

 

La FFMJC a pour but:

 a/ De susciter, de coordonner l'action éducative, récréative, sportive, culturelle et civique de ses associations membres et d'assurer d'une façon plus générale, le développement de l'éducation populaire permanente;

 b/ de définir les principes fondamentaux de l'action éducative et d'en contrôler l'application;

 c/ de représenter l'ensemble des MJC regroupées en Fédérations Régionales, d'établir et de développer des relations avec les organismes similaires en France et à l'étranger; d/ de promouvoir en permanence une recherche appliquée aux besoins, aux méthodes et aux moyens éducatifs.

 

La FFMJC est un espace où professionnels et élus construisent des expertises afin de

— soutenir la vie associative,

— promouvoir le projet des MJC,

 — réfléchir avec les collectivités locales et territoriales à la mise en œuvre des politiques jeunesse, culture, solidarité et d’aménagement du territoire.

 

Les MJC et leurs fédérations sont des acteurs importants de l’animation d’un territoire. Pour elles, on ne peut séparer les politiques d’aménagement du territoire des politiques jeunesse et culture.

 Ainsi nous proposons de :

> dépasser les logiques de cloisonnement des associations,

> dépasser les logiques d’échelles administratives et de compétences juridiques pour poser la question des territoires de vie des populations,

> aider les collectivités à développer des politiques publiques dans la transversalité,

> promouvoir l’expérimentation sociale,

> organiser la recherche développement dans le monde éducatif et social,

> réfléchir à la notion de pôles de compétences,

> inventer des formes d évaluation dynamiques et partagée qui renforcent la transparence et la légitimité.

 

 

La FFMJC met comme moyens d'action tous ceux qui peuvent concourir aux buts fixés à l'article précédent notamment:

a/ elle établit, après étude avec les instances concernées et en accord avec les ministères intéressés les textes réglementaires concernant les statuts et le fonctionnement des MJC, les modalités d'affiliation, les modalités de création de poste, les modalités de financement des activités relevant de la compétence de la FFMJC et tous les textes généraux.

b/ elle assure sur le plan national et international la représentation des MJC regroupées en Fédérations Régionales et prend tous contacts nécessaires à cet effet.

c/ elle contrôle la conformité des décisions prises à l'échelon régional avec les principes fondamentaux définis au point a/.

d/ elle assure, en liaison avec les Fédérations Régionales le développement d'un certain nombre de services techniques et d'animation et fournit des prestations éducatives et culturelles aux MJC en premier lieu, mais aussi à toutes les associations d'éducation populaire qui en éprouveront le besoin.

e/ elle effectue une recherche permanente et un contrôle des résultats en vue d'améliorer les méthodes éducatives utilisées à tous les niveaux de l'association. Cette recherche permanente est assurée aussi bien en liaison avec les organismes internationaux et étrangers, qu'avec les organismes français.

 f/ elle est l'organisme d'appel et d'arbitrage pour les litiges, relevant de sa compétence, n'ayant pas trouvé de solution à l'échelon régional et qui pourraient lui être soumis par l'une des parties

g/ elle assure, concernant le personnel éducatif, la formation initiale et, pour l’ensemble du personnel qu’elle emploie, le complément de formation

 

h/ elle assure le recrutement et l’emploi du personnel d’encadrement, du personnel administratif, éducatif et technique du centre fédéral, des centres fédéraux régionaux, et d’associations membres. i/ l'octroi et le retrait de l'appellation "MJC" dans les conditions fixées aux articles 3 et 5 des présents statuts. L’emploi recouvre la formation initiale, la formation continue, les nominations, affectations, mutations, licenciements, etc, dans le cadre de la convention collective et des accords d’entreprise en vigueur.

RÉSEAUX Education Populaire